Le travail et le stress : si on attaquait le mal à la racine ?

En 2012, Solidaris - Mutualité Socialiste a lancé un programme d'enquêtes sociales et politiques : le Thermomètre Solidaris. Après un premier sujet d'enquête sur l'état de bien-être psychologique de la population belge francophone, le deuxième sujet du Thermomètre Solidaris porte sur le travail et le stress.

Qui sont les travailleurs touchés par le stress au travail ?

Quels en sont les facteurs ?

Comment gèrent-ils leur stress ?

Comment mieux les accompagner ?


La première enquête du Thermomètre Solidaris révélait qu'un Belge francophone sur 10 déclare ressentir souvent ou très souvent de l'angoisse, de l'anxiété voire de la dépression. Avec cette deuxième enquête, Solidaris - Mutualité Socialiste s'interroge sur le travail et le stress. 900 travailleurs (salariés et indépendants) en Belgique francophone ainsi que 60 médecins du travail ont été sondés sur cette thématique.

Le constat est net : un travailleur (salarié ou indépendant) sur trois souffre au travail d'un stress élevé voire très élevé.

Stressé(e) au travail ?

Un travailleur – salarié ou indépendant – sur trois souffre au travail d'un stress élevé voire très élevé

40% des salariés et des indépendants estiment que le stress au travail s'est amplifié depuis 3-4 ans. Et 25% pensent que la situation va encore s'empirer ! Les indépendants (47%) sont plus nombreux que les salariés (37%) à ressentir une augmentation récente du stress.

Tant au niveau des salariés que des indépendants, plus on est stressé, plus on est conscient que ce stress a un impact négatif sur la santé.

3/4 des personnes interrogées déclarent s'être senties très fatiguées à cause du stress au travail au cours des 12 derniers mois.

Près de la moitié déclare se sentir irritable, avoir des maux de dos, avoir des troubles du sommeil, se sentent vraiment épuisés par rapport à leur travail

Près de 40% éprouvent des difficultés relationnelles avec leurs enfants et 33% des indépendants des difficultés au sein de leur couple.

3% avouent même avoir parfois ou souvent des idées suicidaires à cause du stress au travail.

Les profils à risque

Le stress concerne tous les groupes sociaux et toutes les classes d'âge, personne n'y échappe vraiment. Toutefois, certains profils de personnes sont plus sujets au stress :

Les femmes (particulièrement les familles monoparentales)

Les cadres supérieurs et les profils commerciaux

Les salariés des grandes entreprises

Le personnel des call centers et des télécoms

Les opérateurs de chaînes de productions

Les personnes qui ont un emploi précaire : les intérimaires

Les employés bénéficiant d'un système de prime collective de productivité

Les personnes qui sont en contact avec des clients/usagers/élèves

Parmi les indépendants souffrant d'un stress élevé voire très élevé, il y a davantage de dirigeants d'entreprises et de commerciaux/ vendeurs que de professions libérales et de personnes travaillant le dimanche.

Les facteurs de stress : 4 catégories

1. L'intensification du travail : le fait de se sentir dépassé par la masse de choses à faire, la difficulté de devoir gérer sans cesse un flux d'informations. Cette catégorie pèse pour ¼ de ce qui génère du stress chez les salariés.

2. La violence des relations humaines dans le travail : l'absence de considération de la part de l'employeur, les systèmes d'évaluation de plus en plus importants et la crainte de décevoir ses collègues ou son patron.

3. Les conditions "fonctionnelles" de travail : un cadre désagréable ou des horaires indigestes...

4. Le sentiment des travailleurs de ne plus parvenir à concilier vie professionnelle et vie privée.

Gérer le stress ... oui, mais comment ?

Alors que le stress touche bon nombre de travailleurs, ceux-ci déplorent le manque de solutions collectives dans la gestion de ce stress. C'est plus marqué pour les indépendants dont l'étude montre à quel point ils sont livrés à eux-mêmes. 6 travailleurs sur 10 considèrent que la source du stress au travail est sociétale et que les solutions sont collectives.

Les médecins du travail : qu'en pensent-ils ?

Egalement interrogés, les médecins du travail confortent les conclusions de cette enquête :

46% d'entre eux déclarent que le stress au travail est vraiment en nette augmentation depuis quelques années. Ils dénoncent aussi une société de plus en plus anxiogène (68%), les dégâts dus au manque de considération de la part des hiérarchies à l'égard des salariés (54%) ou encore les systèmes d'évaluation qui génèrent beaucoup de stress (37%).

La grande majorité d'entre eux (89%) sont assez critiques sur leur propre rôle, trop focalisé sur le quantitatif. 1 médecin du travail sur 2 estime manquer vraiment de temps pour prendre en charge les problème de souffrances psychologiques au travail.

Par ailleurs, 52% d'entre eux trouvent que leur formation sur cette problématique est insuffisante. Enfin, ils pensent tous que la loi sur le bien-être au travail n'est pas vraiment respectée dans les entreprises... Pire, 61% pensent qu'elle ne l'est pas du tout !

Face à ces constats alarmants, ils sont preneurs d'une nouvelle médecine du travail, plus accessible aux salariés (sans passer par l'employeur) notamment pour les plus petites entreprises, accessible aux indépendants, et surtout une médecine du travail qui souffrirait moins de la concurrence exacerbée entre différents services externes (84%).

Pistes de propositions

Suite aux résultats interpellants épinglés par cette deuxième enquête, Solidaris - Mutualité Socialiste souhaite :

1. Travailler sur l'aspect législatif : adapter la loi sur le bien-être au travail

2. Soutenir et formuler des propositions concrètes dans la pratique de la Médecine du Travail

3. Communiquer vers le grand public afin de penser le stress et le travail autrement

4. Sensibiliser et questionner les grands enjeux sociétaux : quelle place accorder à l'humain dans le modèle économique actuel ? quelle place pour les temps sociaux aujourd'hui ?

Cette étude tend à mettre en lumière le caractère systémique de ce qui se présente comme un des défis majeur de société, elle traduit enfin cette évidence : ce n'est pas que le travailleur stressé qu'il faut soigner , c'est le travail lui-même !

Télécharger la synthèse de l'étude

Suivez l'actualité du Thermomètre Solidaris sur notre page Facebook !

Télécharger "Thermomètre Solidaris 2 - Le travail et le stress : si on attaquait le mal à la racine ? (décembre 2012)" (pdf, 5.7 Mo)