Prime bien-être pour les personnes invalides

La prime annuelle destinée aux personnes en invalidité depuis au minimum deux ans augmente une nouvelle fois cette année. Les primes sont versées par la mutualité fin mai.

pieces-monnaie

Grâce au mécanisme de liaison au bien-être des indemnités, le montant de la prime bien-être, aussi intitulée « prime de rattrapage » a été revu à la hausse. Il a effectivement décidé, pour 2017, d'augmenter cette prime pour les employés, ouvriers et chômeurs.

Une distinction est faite entre les personnes invalides justifiant deux ans d'incapacité de travail et ceux justifiant une année d'incapacité de travail.

Qui a droit à la prime bien-être ?

Cette prime peut être assimilée à une sorte de « pécule de vacances des invalides ». Pour recevoir cette prime de bien-être, vous devez être en incapacité de travail depuis au moins un an au 31 décembre 2018 et être effectivement en invalidité au moment du paiement de la prime (fin mai).

Quel montant ?

Employé, ouvrier ou chômeur :

  • ​si vous êtes reconnu incapable de travailler depuis une durée minimum de un an au 31 décembre 2018, vous recevrez un montant de :
  • 376,93 € en plus de vos indemnités de mai si vous avez charge de famille;
  • 346,93 € en plus de vos indemnités de mai si vous êtes sans charge de famille.
  • si vous êtes reconnu incapable de travailler depuis une durée minimum de deux ans ou plus au 31 décembre 2018, vous recevrez un montant de : 
  • 661,16 € en plus de vos indemnités de mai si vous avez charge de famille;
  • 590,82 € en plus de vos indemnités de mai si vous êtes sans charge de famille. 

Indépendant : 

Si vous êtes indépendant et êtes reconnu incapable de travailler depuis au moins un an au 31 décembre 2018, vous recevrez un montant de 229,07 € en plus de vos indemnités de mai
Cette prime est imposable mais non soumise au précompte professionnel. 

Comment obtenir la prime ? 

Le paiement est automatique. Aucune démarche n'est nécessaire, la mutualité se charge de tout. 
Solidaris tient à rappeler que ce mécanisme de liaison au bien-être est essentiel pour assurer une évolution positive des allocations sociales pour l'avenir. ​