pharmacienne-3officine

Les poux, on en vient à bout

Adieu insecticides ! Désormais, on les piège en les asphyxiant !

Incontournables des fins de stages, des camps d'été ainsi que de la rentrée scolaire, les poux font leur retour sur la tête des plus jeunes, où ils n'hésitent pas à faire de la résistance. La faute aux super-produits radicaux à base d'insecticides utilisés à tour de bras ces dernières années, qui ont dopé leurs défenses.

Heureusement, il existe désormais un moyen moins nocif de les piéger.

Pour en venir à bout définitivement, il faut s'armer de bons conseils et de bons produits, sans forcément passer par la case « insecticides ». Car il existe des solutions « mécaniques », moins agressives pour le cuir chevelu de l'enfant, et qui font toutes leurs preuves. À condition de bien respecter la façon de les utiliser pour s'assurer un max d''efficacité.

Stéphanie Delnaye (responsable de l'officine de Flémalle) vous conseille !

EN PRÉVENTION

« En pharmacie, nous avons des sprays préventifs/répulsifs pour tenir les poux éloignés de la tête, ou le tuer avant qu'une infestation ne se répande.  L'essence de lavande reste, elle aussi, efficace : on met une goutte le matin derrière les oreilles et dans la nuque, qui sont les endroits de prédilection des poux. Un des premiers signes de la présence de poux sont d'ailleurs des démangeaisons dans la chevelure ou, dans certains cas beaucoup plus rares, des boutons dans la nuque et derrière les oreilles.
Les sprays préventifs s'utilisent sur l'ensemble de la chevelure, soit humide, soit sèche ( bien lire le mode d'emploi). On a recours à la prévention autant de temps qu'il y a des poux à l'école, même si ça dure plusieurs semaines. »

EN CURATIF

« On ne traite que si l'infestation est avérée, car certains produits peuvent être  irritants pour le cuir chevelu. C'est le cas des traitements qui contiennent de la perméthrine ou du malathion (insecticides chimiques qui ont tendance à être moins présents dans les rayons).

« Il existe donc deux types de traitements : les insecticides et les asphyxiants. Les premiers ne sont plus très utilisés ni recommandés en première ligne car ils créent des poux résistants et ne sont plus actifs à 100%. En outre, certains ne peuvent pas être utilisés en-dessous d'un certain âge.

Les asphyxiants offrent une solution plus douce, par étouffement physique du pou, à l'aide d'enduits gras tels des silicones, car le pou respire par le corps. Une méthode non-toxique, que l'on peut utiliser même chez les tout-petits, et qui ne développe pas de résistances. La lotion s'applique sur cheveux secs, puis on laisse poser entre 15 min et 1h, selon les produits. »

Conseil supplémentaire en cas de poux tenaces : on rince à l'eau vinaigrée qui va ‘casser' l'adhésion de la lente. On utilise un peigne anti-pou métallique plutôt qu'en plastique, Et on refait le traitement une semaine après.

En cas de " tête à poux ", on continue ensuite à utiliser le spray préventif pour éviter une nouvelle contamination. Les objets potentiellement infestés sont soit lavés à 60°, soit enfermés dans un sac plastique.

A lire aussi : Les poux expliqués aux enfants

image6457392909793805935.jpg

Stéphanie Delnaye, responsable de l'officine Pharma Santé de Flémalle à Liège.