pharmacienne-3officine

Les poux, on en vient à bout

Adieu insecticides ! Désormais, on les piège en les étouffant grassement

Incontournables des fins de stages, des camps d'été ainsi que de la rentrée scolaire, les poux font leur retour sur la tête des plus jeunes, où ils n'hésitent pas à faire de la résistance. La faute aux super-produits radicaux à base d'insecticides utilisés à tour de bras ces dernières années, qui ont dopé leurs défenses. Heureusement, il existe désormais un moyen moins nocif de les piéger: le gras!

Pendant que certains comptent les moutons pours'endormir, d'autres passent(ou vont bientôt passer) leurssoirées à compter les lentes, voire les poux, sur la tête des enfants...

Ce n'est pas en les regardant de près, même à la loupe, que vous pourrez savoir si vous avez affaire à de « super-poux »,c'est-à-dire méga résistants à tout traitement. Mais dans ous les cas, ils risquent de vous donner du fi l à retordre. Parce qu'ils connaissent désormais toutes les astuces chimiquespour les éradiquer, et quenous-mêmes, bien souvent oublions de les chasser ailleurs que dans la chevelure (literie,peluches, appuie-tête du siègeauto...). Résultat : un seul pou raté quelque part, et c'est toute la famille poux qui se réinvite une semaine plus tard.

Pour en venir à bout définitivement, il faut donc s'armer jusqu'aux dents. S'armer de bons conseils et des bons produits, et sans forcément passer par la case« insecticides ». En tous cas, pas en première intention. Car il existe des solutions « mécaniques », moins agressives pour le cuir chevelu de l'enfant, et qui font toutes leurs preuves. À condition de bien respecter la façon de les utiliser pour s'assurer un max d''efficacité.

EN PRÉVENTION

Junior n'est pas encore infesté, mais des personnes autour de lui le sont (à l'école ou dans la fratrie), et ce n'est plus qu'une question de temps avant que le premier ennemi fasse son apparition. Dans ce cas, on prend les devants.

« En pharmacie, nous avons des sprays préventifs/répulsifs pour tenir le pou éloigné de la tête, ou le tuer avant qu'une infestation ne se répande », explique Stéphanie Delnaye, responsable de l'officine Pharma Santé de Flémalle (Liège), au sein du réseau Solidaris. « L'essence de lavande reste, elle aussi, effi cace : on met une goutte le matin derrière les oreilles et dans la nuque, qui sont les endroits de prédilection des poux. Un des premiers signes de la présence de poux sont d'ailleurs des démangeaisons dans la chevelure ou, dans certains cas beaucoup plus rares, des boutons dans la nuque et derrière les oreilles. »

« Les sprays préventifs s'utilisent sur l'ensemble de la chevelure, soit humide, soit sèche (bien lire le mode d'emploi, NdlR). Dans ce dernier cas, on peut garder le spray à portée de main près du portemanteau pour pulvériser le matin avant de partir pour l'école ", recommande la pharmacienne.

" On a recours à la prévention autant de temps qu'il y a des poux à l'école, même si ça dure plusieurs semaines."

La durée de vie d'un pou est d'environ un mois, la femelle pond une centaine d'oeufs quiéclosent après 7 à 8 jours

EN CURATIF

" On ne traite que si l'infestation est avérée, car certains produits sont quand même irritants pour le cuir chevelu ", précise d'emblée notre interlocutrice. C'est le cas des traitements qui contiennent de la perméthrine ou du malathion, insecticides chimiques qui ont tendance à être moins présents dans les rayons, à l'instar du produit Radical qui n'est plus en vente chez nous.

On commence par examiner les cheveux de toute la famille, raie par raie. Ainsi, on sait qui va y passer et ce, au moindre signe. " Il s'agit d'éliminer les poux, mais aussi les lentes ", rappelle Stéphanie Delnaye. On n'oublie pas de prévenir l'école, si elle-même n'a pas déjà fait circuler l'info. L'enfant ne doit plus être isolé en cas de poux, mais il faut le signaler pour protéger les autres petits.

DEUX FAMILLES DE SOLUTIONS

Il y a les insecticides ou les asphyxiants. Les premiers ne sont plus très utilisés ni recommandés en première ligne car ils créent des poux résistants et ne sont plus actifs à 100%. En outre, certains ne peuvent pas être utilisés en-dessous d'un certain âge.

" Les asphyxiants offrent une solution plus douce, par étouffement physique du pou, à l'aide d'enduits gras tels des silicones, car le pou respire par le corps. Une méthode non-toxique, que l'on peut utiliser même chez les tout-petits, et qui ne développe pas de résistances. " La lotion s'applique sur cheveux secs, puis on laisse poser entre 15 min et 1h, selon les produits. " On fait ça au retour de l'école, par exemple. Après le temps de pose, on peigne bien et on fait un shampooing normal.

Conseil supplémentaire en cas de poux tenaces : on rince à l'eau vinaigrée qui va ‘casser' l'adhésion de la lente. " La pharmacienne recommande un peigne antipou métallique plutôt qu'en plastique, car ses dents sont tellement collées qu'on ne sait pas faire autrement que décoller les lentes en peignant. " Et on refait le traitement une semaine après. " En cas de

" tête à poux ", on continue ensuite à utiliser le spray préventif pour éviter une nouvelle contamination. Les objets potentiellement infestés sont soit lavés à 60°, soit enfermés dans un sac plastique

image7147833830233434818.jpg

Les poux raffolent des selfies !

selfies

Comment les poux passent-ils d'une tête à l'autre ? " La transmission principale se fait par contact direct, même bref, entre une personne infestée et une autre. La mode des selfi es, où on se met tempe contre tempe pour se photographier, est un bon exemple ", note Stéphanie Delnaye. " Elle peut aussi être indirecte, mais c'est plus rare, via l'échange d'écharpes, de bonnets ou de tout autre objet infesté (taie d'oreiller, peluches). Un exemple de contamination indirecte, c'est le peigne qu'on utilise pour recoiffer chaque enfant lors des photos de classe... " Pour éviter cela, on explique à l'enfant de ne pas enfiler le bonnet d'un autre, et de ne pas superposer ses vêtements sur d'autres au vestiaire. Il est aussi conseillé d'attacher les cheveux longs, qui servent ainsi moins facilement de " perche " au pou pour se payer une nouvelle tête. Et, bien sûr, on veille à ne pas utiliser la même brosse pour tout le monde, même à la maison, en cas de risque de présence de bébêtes

image6457392909793805935.jpg

Stéphanie Delnaye, responsable de l'officine Pharma Santé de Flémalle à Liège.