Réseau Solidaris

11ème édition du Prix du Jury

Découvrez les associations primées en 2016

Form'Anim

De nouvelles co-cotteuses au jardin

C'est sous un soleil de printemps, propice au travail du jardin que nous avons poussé la porte de l'association Form'Anim. Devant nous, un petit jardin de ville entièrement aménagé en potager avec serres, compost et eau de pluie… Ce jour-là, c'est une équipe de femmes de toutes origines qui est occupée à bêcher et récolter les jeunes oignons. Si l'idée du potager a pour essence pre-mière de réunir toutes ces cultures autour de la terre, thème accessible à tous, il permet surtout d'y pratiquer le français quand les bancs d'école ont atteint leurs limites.

Vient le temps des récoltes qui sont partagées, qui servent aux ateliers cuisine ou encore à faire des petits pots de légumes pour l'accueil petite enfance.

Car derrière ce lopin de terre se cache un projet bien plus complet.

Bientôt un poulailler verra le jour. Ici, on pense à une gestion plus globale car outre les oeufs, les poules se chargeront des restes alimentaires, des escargots qui envahissent les cultures (sans pesticides). Elles produiront le fertilisant nécessaire à la terre, et permettront dès lors de belles économies puisque tout sera sur place.

Plus encore, il sera proposé aux habitants du quartier d'apporter leurs déchets de nourriture pour ces cocottes et donc de réduire de la sorte leur facture d'enlèvement des poubelles.

Envie de rencontrer ces dames gallinacées ? Elles feront leur présentation ce 24 septembre, jour de l'inauguration du poulailler.

Envie d'en savoir plus :

Rue du Papillon, 45 • 4100 Seraing

04 338 16 35 • formanim@belgacom.be

form

ASBL Devenirs

Bricoleurs Solidaires

Comment améliorer l'accès à l'emploi et se réinsérer dans la société lorsque l'on connait le chômage de longue de durée ou lorsque l'on a connu un accident de parcours ? Comment faire lorsque l'on est en situation de précarité matérielle ou simplement âgé et que l'on a des petits travaux d'aménagement à réaliser ? Travaux qui amélioreraient le lieu de vie et le moral.

L'asbl Devenirs nous procure un début de réponse avec son projet « Bricoleurs Solidaires ». Elle crée du lien entre ces deux publics. Grâce aux animations de quartier, les jeunes sont sensibi-lisés et ont dès lors la possibilité de se lancer dans l'aventure et d'apprendre des techniques professionnelles. L'association génère une dimension d'utilité sociale, elle a pour fin de répondre aux besoins des personnes plus isolées. Un moment de rencontre solidaire autour de la volonté d'intégration qui ne serait pas possible sans la collaboration de tous les acteurs de terrain de la région. Cette transversalité des services (CPAS, ALE, plan de cohésion sociale, …et secteur asso-ciatif) contribue à la mise en oeuvre du projet « Bricoleurs Solidaires ».

La valorisation de l'individu reste une des clés de la réussite. On est loin des bancs de l'école, puisqu'il s'agit de travailler avec des outils professionnels sur des projets concrets. L'impact posi-tif sur des personnalités plus renfermées a déjà pu être constaté lors de la construction d'une roulotte. C'est toujours une grande fierté pour le jeune de voir son travail aboutir. Alors pourquoi ne pas continuer à tracer la route ?

Envie d'en savoir plus :

Rue du Parc, 5 • 4570 Vyle-et-Tharoul

085 41 31 91 • info@devenirs.be

devenir

l'asbl EVA

L' art d'expression au service de la langue

Arriver dans un pays inconnu où les repères socio-culturels sont aux antipodes de ce qui est connu et pratiqué dans son pays d'origine. Etre en perte de repères, dépossédé de ce qui fait une identité parfois jusqu'à la non - reconnaissance de ces diplômes. Devoir tout réapprendre.

C'est là une des missions de l'asbl EVA. Bien sûr, il s'agit d'abord d'apprendre le français pour s'insérer dans une notre société, trouver un travail, faire valider ses diplômes… Mais avec les parcours de vie de chacun, l'apprentissage y est agrémenté par une autre dimension : l'ouverture à la tolérance et à l'autre.

Si le propre de l'homme est de communiquer, il y a ici des barrières à briser, des vies ébranlées à reconstruire, des personnes à qui il faut redonner confiance. Alors comment aller au-delà du « je ne sais pas assez bien pour m'exprimer en français, je n'ose pas en dehors de la classe ». Chez EVA, les formateurs y ont réfléchi. Et ils ont pris le parti de mettre du sens à « l'humain ». Le plus intelligemment possible en proposant à leurs stagiaires de découvrir le français, ses sons, ses mots à travers des ateliers d'expression théâtrale.

En collaboration avec la Cie Adakia, 10 à 12 séances sont organisées pour travailler le lâcher-prise, respirer, ouvrir son corps, se raconter …et reprendre confiance en soi. Un moment d'échange où certains se dévoilent et où la complicité et l'entraide mènent à un subtil mélange d'émotion et de joie.

Un régime intense certes mais nécessaire car il y a toujours une représentation à la clé….

Envie d'en savoir plus :

Rue des Maraîchers 67 • 4020 LIEGE

0497 381 616 • info@asbleva.be

eva

Collectif à Contre Jour

Du cinéma comme sur des roulettes

S'il est un univers qui semble parfois bien inaccessible à Monsieur et Madame tout le monde, c'est bien celui du cinéma. Et pourtant ! Pour construire des ponts entre différents univers, il ne suffit parfois pas de grand-chose. Un peu d'ingéniosité mêlée à de l'organisation et voici qu'un triporteur tisse des liens. Grâce à ce vélo particulier, il est devenu possible d'aller à la rencontre des gens du quartier Saint-Léonard pour y découvrir quels sont les héros qui y vivent. Il s'agit d'utiliser le cinéma documentaire pour favoriser ces rencontres. L'usage du triporteur, c'est ajou-ter la notion de déambulatoire au cinéma, c'est aller vers l'autre, devant chez lui et lui donner le droit et l'accès à une expression artistique à laquelle il pense ne même pas avoir droit. Que ce soit à cause de la distance financière ou culturelle.

Le collectif A Contre Jour propose des stages gratuits pour apprendre les techniques du cinéma mais toujours sous l'étoile de la rencontre. On y découvre le montage, la gestion du son, de l'image mais aussi le travail en amont nécessaire à toute réalisation.

Pour découvrir le monde, il n'est pas toujours utile de faire des miles : rendez-vous fin du mois d'août pour une projection en plein air lors du parcours artistique citoyen : Saint-Léon'Art.

Envie d'en savoir plus :

Place Vivegnis, 36 • 4000 Liège

0484 761 976 • collectifacontrejour@gmail.com

contre jour

Maison médicale du Laveu

Ça GASE ! Groupe d'Actions Sociales pour un monde Egalitaire

Dans la foulée des mouvements sociaux d'octobre 2015, la maison médicale du Laveu a eu l'envie et le besoin de se lancer dans une action concrète pour réagir aux mesures visant l'austérité, annoncées par les décideurs politiques en place.

Les dérives de ces mesures ne se sont pas fait attendre. Aux premières lignes, les maisons médi-cales sont les témoins de cette souffrance qui se raconte.

Parfois discrète car dissimulée derrière une tenue soignée. Derrière une apparence nette et par-fois même une voiture, on découvre des personnes qui peinent à joindre les deux bouts.

Parfois la détresse est plus flagrante. Notamment avec l'augmentation des pathologies liées à la santé mentale. Des thérapeutes qui sont de plus en plus confrontés à ces récits de vie drama-tique et qui soignent un patient pour une maladie dont l'origine des maux est souvent causée par un problème sociétal : la précarité…

Face à ce constat beaucoup de questions émergent : Comment faire réagir ? Comment ne pas se sentir seul, désemparé ? Comment allumer une mèche qui mobilise les consciences ?

C'est grâce à un travail commun « soignant soigné » qu'une idée d'action concrète voit rapide-ment le jour. Une série de capsules vidéo qui compilent des récits de vie difficile en sera l'objet. Les scénarios seront élaborés durant les mois de juillet-août pour être diffusés dans les secteurs de la santé mais aussi plus largement sur les réseaux sociaux. Le tout le plus rapidement pos-sible car il y a urgence…

Envie d'en savoir plus :

Rue du Laveu, 74 • 4000 Liège

04 253 69 53 • mmlaveu@mmlaveu.be

laveu

Maison Blanche de Glain

Et si nous faisions des Bulles

image7222051933081857859.jpg

Etre une maison de quartier implique nécessairement de s'inscrire dans la réalité sociale et culturelle locale. Mais lorsque l'on est aussi une école de devoirs, il faut offrir autre chose que ce qui est proposé par le système scolaire classique. Comment faire en sorte d'améliorer la pratique de la langue française de façon ludique ? Comment accrocher les enfants (et les parents) dans des projets éducatifs, citoyens et culturels ?

Pour ce faire, la Maison Blanche de Glain a eu l'idée d'explorer le 9ème art. La bande dessinée qui lie les mots aux dessins. Une réelle découverte puisque certains enfants n'ont parfois jamais eu l'opportunité d'ouvrir une BD. En travaillant ce média, les animateurs souhaitent donner l'envie aux enfants de lire, d'inventer et de découvrir un métier. Les enfants sont toujours à l'origine du thème développé dans les animations. On apprend rapidement qu'ils sont aussi sensibles à la vie dans leur quartier. C'est comme cela qu'est née un dessin animé « Le grand déménagement ». Une histoire où de jeunes et de moins jeunes crapauds s'interrogent quant à la construction d'un hôpital tout proche…

Mais en attendant que les bulles se dessinent, la Maison Blanche a un fil rouge dans tous les ateliers : la récup. Le tri et la récupération servent la créativité de tous. Des nouveaux objets et des costumes d'aventurier encore inconnu font leur apparition au gré des fêtes de l'année.

Nous attendons donc la prochaine aventure qui fera pétiller la langue française.

Envie d'en savoir plus :

Rue Emile Vandervelde 193 A • 4000 Liège

04 225 90 19 • asblmaisonblanchedeglain@skynet.be

glain

accès facebook mut